L’intégration de la technologie dans vos opérations

By Sovereign Insurance
Partager cette page

Le cycle de planification annuel est une période importante pour toute entreprise de fabrication. C’est le moment de regarder en avant, de définir des stratégies de renouvellement des activités et d’investir dans les installations et le matériel. Par le passé, cette planification consistait à comparer les revenus attendus aux capacités de production et à acheter de nouveaux équipements afin de garantir que les cadences de production puissent continuer à répondre à la demande et contribuer à la croissance de l’entreprise.

Compte tenu de la nature de plus en plus concurrentielle du marché, les décisions d’investissement prises par les dirigeants en fabrication sont plus importantes que jamais. La plupart des équipements de production modernes sont optimisés par les nouvelles technologies, la numérisation et la robotique, et la mise en œuvre de telles solutions stimule l’utilisation des données afin d’obtenir un meilleur rendement du capital investi. Tous les fabricants doivent se démener pour demeurer à jour alors que le paysage de la consommation évolue et que les attentes des consommateurs se transforment.

La plupart des processus de fabrication de bout en bout sont désormais portés par des capacités de calcul reliées par la numérisation, l’Internet des objets (IdO), la robotique et l’intelligence artificielle.On peut remarquer une transition vers la fabrication sur demande (FSD), rendue possible par des technologies telles que la fabrication additive et le traitement de mégadonnées en temps réel. En plus de créer de nouvelles possibilités, ce nouvel environnement de production donne lieu à de nouveaux risques et interdépendances.

Compte tenu de la nature de plus en plus concurrentielle du marché, les décisions d’investissement prises par les dirigeants en fabrication sont plus importantes que jamais.

À ce sujet, Tina McAvella, vice-présidente de la fabrication des produits chez Souveraine Assurance , décrit quelques scénarios qui mettent en évidence certains risques potentiels auxquels la nouvelle vague de technologies pourrait exposer les fabricants.

  • Parcellisation et interdépendance des différentes parties de votre processus : « Vous avez élargi le risque inhérent aux parties interdépendantes du processus », explique McAvella. « Ce risque peut exister à l’intérieur d’une simple installation ou entre plusieurs sites, et peut même s’étendre aux fournisseurs ou aux clients. »
  • Défaut de livraison d’équipement : « Vous mettez hors service votre ancien équipement en vous fiant à la date de livraison prévue de votre nouvel équipement, et celui-ci ne se matérialise pas. Vous n’obtenez aucune réponse de votre fournisseur. De quelles options contractuelles bénéficiez-vous pour résoudre un litige ou un défaut de livraison? »
  • Décisions prises sur de mauvaises données : « Vous avez migré vers un modèle de traitement FSD et votre stock est géré en fonction des données que vous recevez de vos clients. Vous découvrez qu’il y a une erreur dans un rapport critique. »
  • Atteinte à la sécurité/logiciel d’extorsion (ransomware) : « Vous avez intégré votre équipement de fabrication à une application de génération de rapports qui a été ciblée par une attaque de logiciel d’extorsion. »

 

McAvella recommande également aux chefs d’entreprise de porter une attention plus particulière à certains éléments.

  • Plan de continuité des activités : « Maintenez votre plan à jour », conseille McAvella. « Au fur et à mesure que des investissements sont réalisés, le plan de continuité des activités doit être réévalué afin de garantir que le modèle d’entreprise comporte suffisamment de redondance ou qu’il existe une stratégie visant à compenser au moins partiellement les éventuelles pannes.
  • Assurance et valeur : « Le cycle de renouvellement de l’assurance peut être une tâche administrative un peu ennuyante. Après tout, vous avez une entreprise à faire tourner! Cela dit, la pire chose qui puisse arriver après un sinistre important est que le plafond annuel de garantie ne soit pas suffisant pour couvrir la pleine valeur du sinistre. C’est une mauvaise situation pour vous, pour votre courtier et pour votre assureur. Pour éviter une situation de sous-assurance, tout achat de nouvel équipement devrait être suivi d’un appel à votre courtier et d’une discussion sur la valeur des pertes de propriété et des pertes pour interruption d’exploitation. »
  • Sélection et gestion des fournisseurs : « Les pannes mécaniques de l’équipement de production ont toujours été un obstacle, mais avec les technologies modernes, la livraison de l’équipement est devenue un “projet” comportant tous les défis associés à la livraison des systèmes informatiques », explique McAvella. « Une gestion minutieuse du processus de demande de propositions et de la négociation des conditions d’une commande, en particulier en cas de personnalisation et de longues échéances, vous aideront à atténuer le risque que le fournisseur échoue à livrer dans les délais impartis, dans le respect du budget et avec toute la qualité ou la portée attendues. »

 

« Il est préférable d’obtenir des conseils juridiques afin de s’assurer que le contrat contient des clauses qui vous protègent contre les défauts, erreurs ou omissions de votre fournisseur. Cela est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit d’un fournisseur situé à l’extérieur du Canada. Faites appel à un avocat qui comprend le marché duquel provient l’équipement. »

La quantité de risques à envisager peut paraître intimidante, mais avec les bonnes connaissances et un plan solide, les fabricants astucieux peuvent tirer parti des innovations technologiques de l’industrie. La demande des consommateurs se transforme rapidement et les fabricants doivent adapter leurs processus afin de suivre la cadence. La fabrication sur demande redéfinira l’avenir de l’industrie. Il n’en tient qu’aux fabricants de s’assurer qu’ils feront partie de cet avenir.

Partager cette page